Facebook
Google +
06 77 24 08 40
Construction ou rénovation ?
Demandez votre devis gratuit

tout savoir sur
les étapes de la rt 2012

Attestation
Bbio
étude
thermique
test d'étanchéité
à l'air
dpe dans
le neuf
attestation
de fin de chantier

ATTESTATION RT 2020 METZ - 25/05/2019

L’évolution de réglementation thermique va dans le sens de la diminution  des consommations énergétiques, le Label E+ C-, donne le ton de la future RE 2020, ce sont Les bâtiments à énergie positive.

  Les Labels énergétiques sont souvent les précurseurs des réglementations thermiques, le Label BBC par exemple crée en 2007 a donné naissance à la RT2012, qui est aujourd’hui  une règle obligatoire pour la construction de tout bâtiments en France. Et ce, depuis le 1er Janvier 2013.

  Aujourd’hui le Label E+C- bâtiment à énergie positive, fixe les exigences relatives aux logements qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment. La future réglementation RE2020 se basera très probablement sur des exigences similaires. Toutes les exigences de la RT2012 restent applicables, en particulier le BBIO et CEPmax, mais il y une nouveauté et cette dernière s’illustre par un indicateur nommé BEPOS. Cet indicateur nous permet d’aller plus loin que la RT2012.

  Le nouvel indicateur BILAN BEPOS correspond à la consommation d’énergie primaire non renouvelable du bâtiment (gaz, fioul et électricité..) diminuée de la quantité d’énergie renouvelable (biomasse, solaire…) ou de la récupération produite et injectée dans le réseau (quantité d’énergie photovoltaïque exportée). La capacité du bâtiment à consommer l’énergie qu’il produit est ainsi prise en compte. L’une des nouveautés de ce bilan consiste également à prendre en considération les autres usages immobiliers et mobiliers non pris en compte dans la réglementation thermique RT2012 EN MOSELLE.

Afin de tenir compte de la spécificité des différentes typologies de bâtiment, des usages et des facteurs géographiques, quatre niveaux sont prévus, Energie 1 à 4, d’un niveau de base accessible jusqu’à un bâtiment avec un bilan énergétique nul.

 

Les premiers niveaux, « Énergie 1 », « Énergie 2 » constituent une avancée par rapport aux exigences actuelles de la réglementation thermique. Leur mise en œuvre doit conduire à une amélioration des performances du bâtiment à coût maitrisé, soit par des mesures d'efficacité énergétique, soit par le recours, pour les besoins du bâtiment, à des énergies renouvelables.

Le niveau « Énergie 3 » constitue un effort supplémentaire par rapport aux précédents niveaux. Son atteinte nécessitera un effort en termes d'efficacité énergétique du bâti et des systèmes et un recours significatif aux énergies renouvelables, qu'il s'agisse de chaleur ou d'électricité renouvelable.

Enfin, le dernier niveau « Énergie 4 » correspond à un bâtiment avec bilan énergétique nul (ou négatif) sur tous les usages et qui contribue à la production d'énergie renouvelable.

Pour la performance environnementale, la nouveauté repose sur une analyse du cycle de vie qui portera sur un calcul des émissions de gaz à effet de serre d’une part sur la totalité du bâtiment, et d’autre part sur l’ensemble de produits de construction et des équipements du bâtiment. Deux niveaux maximaux Carbone 1 et Carbone 2 sur une durée de vie de 50 ans (kg éqCO2/m²SDP) ont été retenus par le groupe de travail RBR 2020.

L'amélioration de la performance environnementale d'un bâtiment s'appuie sur la réduction de ses impacts environnementaux tout au long de son cycle de vie, de la production des éléments le composant à sa déconstruction.
Cette évaluation se base sur le principe de l'Analyse de Cycle de Vie (ACV) et en grande partie sur la norme NF EN 15978.

L'évaluation de la performance du bâtiment relative aux émissions de gaz à effet de serre est faite par comparaison avec un niveau d'émission de gaz à effet de serre maximal sur l'ensemble du cycle de vie du bâtiment, Egesmax, et avec un niveau d'émissions de gaz à effet de serre relatif aux produits de construction et équipements, Egesmax (Production, Construction, Exploitation).

L'échelle des niveaux de performance relatifs aux émissions de gaz à effet de serre comporte deux niveaux :

Le niveau « Carbone 1 » est plutôt accessible à tous les principes constructifs et énergétiques ainsi qu'aux opérations qui font l'objet de certaines contraintes (risques géologiques) ; il vise à sensibiliser l'ensemble des acteurs du bâtiment dans la démarche d'évaluation des impacts du bâtiment sur l'ensemble de son cycle de vie et de leur réduction.

Le niveau « Carbone 2 » vise à mettre en avant les projets les plus performants,  il nécessite un effort de réduction de l'empreinte carbone des matériaux et équipements mis en œuvre, ainsi que celui des consommations en énergie primaire du bâtiment.

L’étanchéité à l’air des bâtiments subira une évolution lors de la prochaine RE ou RT 2020, passant d’une exigence maximale de 0.6 m3/h/m² pour les maisons individuelles à un objectif de  Q4Pa_surf ≤ 0,4 m3/h/m² soit une diminution de 30% par rapport à la RT 2012.

Cet objectif d’étanchéité à l’air n’est pas inatteignable selon nos constations sur le terrain, nos clients qui suivent nos conseils en REUSSITE DU TEST ont un résultat généralement inférieur à 0.4 m3/h/m², donc pas d’inquiétude mais il faudra prendre les bonnes décisions sur la gestion de l’étanchéité à l’air du bâtiment le plus en amont possible afin de réussir le TEST ETANCHEITE RT 2012 2020. 


« Retour aux actualités
Infiltrométrie Toul RT2012 Metz
Infiltrométrie Metz

Bureau d'études thermiques proche de Nancy